Annaïk Lou Pitteloud et Steve Van den Bosch

 
LIBRE / OCCUPÉ

16.07 - 10.09.2017
 
Vernissage samedi 15 Juillet dès 18h
 
 
 
 
Annaïk Lou Pitteloud et Steve Van den Bosch articulent leur exposition sur les attributs inhérents à l’espace d’art institutionnel, agrémentés d’autres formats standardisés. Sous la devise « LIBRE / OCCUPÉ », le carton d’invitation devient une édition numérotée, les lamelles des stores sont mises en vente, un exemplaire de sachet hygiénique est exposé et encadré, et la table à l’accueil devient une œuvre d’art.
 
Leurs interventions minimales et finement paramétrées décortiquent nos références. Les deux artistes interrogent les formes normées dans leur fonctionnalité. Partant, des jeux de pouvoir sont mis à jour. Parmi eux, les mécanismes financiers, la prédominance masculine dans l’histoire de l’art contemporaine et la standardisation des formes et des espaces.
 
 
À l’entrée, une pièce de cinq francs est insidieusement insérée dans le plateau de la table, ce qui transforme à jamais l’objet usuel en œuvre d’art (Tunes, 2017). Par cette combinaison d’un objet banal sur un autre, Annaïk Lou Pitteloud révèle et questionne un processus, celui de la création de valeur dans l’art. Quand un sachet hygiénique trouvé dans les toilettes pour femmes de la Kunsthalle de Berne est encadré et accroché au mur (Cabinet, 2017), il devient en quelque sorte un fétiche. D’ordinaire, le sachet n’est offert qu’à la vue de la gente féminine, comme une œuvre exclusive dans un lieu caché. Son design dépassé, presque niais, est accompagné par des instructions polies mais éducatives. Il donne à entendre qu’il a été produit par une industrie masculine à une époque où la célèbre institution bernoise n’était dirigée que par des hommes. Hors contexte et au vu de tous à Porrentruy, le sachet est érigé en œuvre d’art. Une œuvre désacralisée.
Dans les travaux d’Annaïk Lou Pitteloud et Steve Van den Bosch, les réflexions s’opèrent dans l’interstice, celui situé entre l’espace libre et l’espace occupé. Autre intervention minimale, la peinture murale de Steve van den Bosch intitulée Représentation (wB3 7.59, wV2 2.12) est réalisée à partir de la photographie d’un mur blanc prise par Annaïk Lou Pitteloud dans son atelier. La couleur blanche a été reproduite et apposée sur le mur d’exposition. Photographiée, analysée, puis reconstituée en matière, le blanc est comme chargé d’un regard alors que le procédé reproduit l’idée même de représentation.
Au mur également, la pièce Lobby Series, constituée de cinq répertoires Infonorm® du nom de l’entreprise qui produit des systèmes signalétiques et d’orientation pour les espaces et les institutions publics. Steve Van den Bosch s’approprie ces supports en aluminium dépourvus de typographie. Leur structure brute se dévoile, les formes omniprésentes de l’industrie standardisée sont mises à nues tout en faisant référence aux modèles modernistes génériques.

Pour l’édition d’artiste que l’espace d’art produit à l’occasion de chaque exposition, Steve Van den Bosch met en vente Ideal Copy (2017), soit les lamelles du store vertical accroché aux fenêtres de l’espace d’exposition. Chaque élément constitue une édition signée et numérotée. En cas de vente, la lamelle est démontée du store et remplacée par une nouvelle. En achetant une partie du lieu, l’acquéreur participe symboliquement à l’ouverture ou au décloisonnement du lieu et à son renouvellement. En écho à cette mise en lumière, le carton d’invitation (Annaïk Lou Pitteloud, Carte d’invitation, 2017) permet au moment du dépliage une lecture différente selon la façon dont il est ouvert. Le regard passe du foncé au clair ou inversement. Les détails constitutifs de l’œuvre sont précisément indiqués: le caractère employé (Helvetica LT Std), la taille (18pt), le format (A2), la technique (impression Offset) ainsi que le nombre d’édition (1000) et les transitions de valeur (100%, 50%, 25% noir). En annihilant toute hiérarchie entre les attributs du lieu, en mettant sur un même pied les supports de communication et l’œuvre d’art, les artistes provoquent des mises en abîme : le texte des salles (Texte de salle, 2017) explique qu’il est lui-même un clin d’œil aux écrits cryptiques qui accompagnent les expositions.
 
 
 
 
communiqué de presse (pdf)
 
 
Prochaine exposition : Florence Jung:  23.09 - 22.10.2017


EAC (les halles)
Heures d’ouverture :
jeudi 17h-19h, samedi 10h-12h et 13h30-17h30,
dimanche 13h30-17h30
Entrée libre
 
Contact : Catherine Kohler, commissaire d’exposition, catherine.kohler@gmail.com 
T : 079 758 33 38
L’EAC ( les halles ) bénéficie du soutien de :

Office de la culture du canton du Jura,
SWISSLOS, Conseil du Jura bernois,
Municipalité de Porrentruy,
Minerva Kunst Stiftung
Loterie Romande,
Fondation Loisirs-Casino,
Centre d’Impression Le Pays SA,
Alfred Richterich Stiftung,
Brasserie Blanche Pierre
Magik’s Informatique Delémont.